Xi’an, à la découverte d’un trésor archéologique

Après quelques jours passés à Pingyao, nous prenons la direction de l’étape la plus brève de ce voyage. En effet, nous avons choisi de nous rendre à Xi’an, dans la province du Shaanxi, et de n’y passer qu’une nuit, dans le but d’aller visiter le site qui renferme la célèbre armée en terre cuite. Je croyais que la ville ne présentait pas grand intérêt et qu’il ne valait pas vraiment la peine de s’y attarder. Or finalement, le peu de temps passé à arpenter ses rues m’aura conquise, et je crois qu’un ou deux jours de plus ne seraient pas de trop pour pleinement en profiter.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après trois heures de train, nous arrivons sous un beau ciel bleu. Quelques stations de métro et un peu de marche à pied jusqu’à l’auberge nous donnent un aperçu d’une ville moderne, avec de grandes avenues.

Un rapide passage dans nos chambres et nous voici ressortis, affamés et à la recherche d’un endroit où grignoter. Pas besoin de chercher longtemps, un petit snack attire notre attention. A mi-chemin entre le kebab et le burger, le rou jia mo est une spécialité de la cuisine du Shaanxi.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est chaud, la viande est fondante, épicée ou non, on se régale. Ici on ne sert que de la bière, mais une cliente m’indique où aller chercher des sodas, et elle me court même après dans la rue pour s’assurer que je prends la bonne direction.

Une fois nos estomacs remplis, nous décidons du programme de l’après-midi, pour découvrir un peu cette ville que nous ne verrons que peu.

Le centre-ville est entouré de remparts, hauts de 12m, qui forment un rectangle de 14 km de périmètre. Pour 54 CNY on peut monter et les parcourir, à pieds ou à vélo, prenant ainsi de la hauteur sur la ville.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pendant près de trois heures nous déambulons sous le soleil. Comme depuis le début du séjour il fait chaud, mais cette fois-ci ce n’est pas étouffant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A cette hauteur l’horizon est bouché par les tours qui attestent du développement et de la modernité de la ville, mais l’héritage historique de Xi’an, autrefois capitale politique de la Chine, est également mis en avant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après cette belle balade, nous nous rendons dans le quartier particulièrement touristique de la ville qui présente la particularité d’être habité depuis des siècles par des Hui, qui sont musulmans.

L’entrée du quartier est assez animée, notamment par la présence d’un marché qui attire beaucoup de monde. Souvenirs en tous genres, snacks divers et variés, ici on trouve de tout. En dépit de la foule on circule plutôt bien, l’ambiance est agréable et les vendeurs ne sont pas insistants.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous y faisons quelques emplettes puis décidons d’aller chercher la fraicheur et le calme typique des lieux de culte en visitant la Grande Mosquée. Pingyao nous a proposé son lot de temples et nous sommes curieux de découvrir l’architecture musulmane en terre chinoise.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Fondée au VIIIe siècle, il s’agit de l’une des plus grandes mosquées du pays. Les bâtiments n’ont rien à voir avec les mosquées que l’on trouve dans des pays à majorité musulmane, ici le style prédominant est chinois. Cependant quelques inscriptions arabes permettent d’identifier le lieu, et les guides et autres brochures nous indiquent qu’elle est orientée vers l’ouest, en direction de la Mecque.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour parvenir jusqu’à la salle de prière, ornée d’un joli toit turquoise, on traverse un jardin paisible et joliment mis en valeur par le soleil couchant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On passe devant le minaret, construit en forme de pagode et bien différent des tours qu’on peut rencontrer en Turquie ou en Égypte.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette première découverte de Xi’an m’aura donné envie d’en voir plus, mais le lendemain est dédié à un tout autre programme, celui qui m’a fait inclure la ville dans notre itinéraire. Il s’agit de la célèbre armée en terre cuite, dont on a tous vu les photos des soldats alignés les uns à côté des autres.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le site n’est pas situé dans la ville, aussi pour s’y rendre deux solutions sont possibles. On peut prendre le bus par ses propres moyens, mais ayant un train à prendre le soir, nous avons choisi l’excursion organisée par notre auberge de jeunesse. Pour 380 CNY par personne, nous profitons d’un petit déjeuner avant d’être amenés sur le site en mini bus à 1h30 de la ville. La visite guidée et le billet d’entrée est inclus, ainsi que le déjeuner dans un des restaurants présents sur place.

Découvert dans les années 1970 par des paysans qui creusaient un puits, ce site archéologique est aujourd’hui un immense complexe qui attire des milliers de touristes. Différents hangars recouvrent les fosses dans lesquelles les statues reconstituées d’hommes et chevaux se tiennent.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Certaines statues ont été extraites des fosses pour être exposées dans des vitrines. On peut y voir des restes de couleur, ce qui est très impressionnant au vu de la date de réalisation. En effet, ces légions de soldats grandeur nature, avec chacun un visage différent, ont été fabriquées et enterrées pour accompagner dans la mort le premier empereur qui unifia la Chine, au IIIe siècle av. J.-C.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est un vrai travail de puzzle qui occupe encore aujourd’hui archéologues et artisans, pour continuer de reconstituer ces soldats. On peut d’ailleurs voir des personnages en cours de reconstitution.

Pendant la visite notre guide parle vite (en anglais), et même si l’on est équipé d’un écouteur qui nous permet de l’entendre sans être collé à elle, on se laisse vite embrouiller par les explications. Car si l’on est impressionné par le nombre de statues, on l’est aussi par le nombre visiteur. Le site est envahi par les touristes, et il fait très chaud autour des fosses.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais finalement avec Internet on sait que des explications plus détaillées sont accessibles facilement à n’importe qui veut en savoir plus sur le contexte historique de la Chine au IIIe siècle av. J.-C. ou sur les techniques de restauration qui sont employées pour la reconstitution.

Pendant la visite on peut se contenter d’observer les soldats depuis les abords des fosses, à chercher les détails qui les distinguent les uns des autres, ou à halluciner devant la grandeur de la fosse n°1.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ici seulement 2000 soldats et chevaux sont présentés, sur les 6000 qu’ils sont en réalité, mais déjà le nombre parait insensé. Face à cette multitude d’hommes figés dans le temps, on ne peut que s’interroger sur les artisans qui les ont façonnés il y a plus de 2000 ans : quels étaient leurs modèles ? Travaillaient-ils volontairement ? Bref, c’est un peu comme sur la muraille de Chine ou face aux pyramides d’Égypte, on ne peut qu’être fasciné par le génie humain qui était capable de prouesses de productions sans les méthodes modernes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après la visite nous rentrons à l’auberge pour prendre une douche et nous nous rendons à la gare. Ce soir c’est une première pour mes parents, nous allons passer la nuit dans un train couchette, expérience incontournable d’un voyage en Chine, et surtout meilleur moyen de rallier Shanghai sans perdre de temps.

Xi’an fut une bonne surprise au cours de ce voyage, je ne m’attendais pas à trouver une ville agréable et intéressante. En plus de la balade que nous avons faite, d’autres attractions touristiques m’ont fait de l’œil et c’est avec plaisir que j’aurais poursuivi les visites une journée de plus. Et à l’heure où je m’interroge de plus en plus sur mon empreinte carbone, mes trajets en avions et l’impact de mes voyages sur les endroits que je visite, je m’estime très chanceuse d’avoir eu l’occasion de voir une merveille de plus avec cette célèbre armée en terre cuite.


  • Pour nous déplacer en ville, nous marchons et prenons le métro, moderne et climatisé.
  • Nous logeons à l’auberge Xi’an Hantang House. Pour 9 EUR la nuit je suis dans un dortoir féminin de 8 lits avec salle de bain, tandis que mes parents partagent une chambre avec lit king-size et salle de bain pour 38 EUR (total 360,81 CNY). Le personnel parle bien anglais, plusieurs excursions sont organisées ainsi que des animations pour divertir les clients.
  • Si vous choisissez de visiter le site de l’armée en terre cuite par vous-même, le ticket d’entrée vous coutera 120 CNY par personne. Pour en savoir plus sur les modalités de la visite : http://www.bmy.com.cn/2015new/bmyweb/
  • L’entrée de la Grande Mosquée est gratuite pour les personnes de confession musulmane. Pour les touristes ordinaires, il faut débourser moins de 30 CNY pour déambuler dans son joli jardin.

Une réflexion sur “Xi’an, à la découverte d’un trésor archéologique

  1. Belle étape dans une ville qui mélange tradition et modernité, ainsi que les religions .
    Bien sûr l’armée en terre cuite edt impressionnante…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s