De l’inconvénient d’être myope quand on voyage

Je suis myope. Très myope. Vraiment très myope. J’ai toujours porté des lunettes, remplacées par des lentilles quand j’avais quatorze ans, et à part quand je dors ou sous la douche, je ne suis jamais sans correction visuelle. Au quotidien ce n’est pas un problème, cela fait partie de ma vie. Mais en voyage ça demande de suivre des règles que ceux qui ont la chance d’être en possession de deux yeux parfaitement fonctionnels n’imaginent pas !

lunettes-larchivoyageuse-enfant
Jéromine, myope depuis 1992

Équipé toujours tu seras

A l’ère du voyager léger, à qui aura le plus petit sac, avoir des problèmes de vue fait passer l’exercice de la valise minimaliste au niveau supérieur. Évidemment tout le monde n’est pas aussi myope que moi, mais cela demande forcément de se trimballer des affaires supplémentaires. Prenons mon cas, que je connais le plus. Quand je suis partie en janvier dernier pour plusieurs mois, j’ai emporté deux paires de lunettes de vue – au cas où j’en perde/casse une – une paire de lunettes de soleil à ma vue, une paire de lunettes de soleil normales, deux-trois paires de lentilles – toujours au cas où j’en perde/casse – du produit pour nettoyer lesdites lentilles, et des larmes artificielles. Étant porteuse de lentilles dites rigides, je garde celles-ci pendant un an et demi voire deux ans, et je peux toujours les porter à nouveau plus tard en cas de besoin. Mais quelqu’un qui portera des lentilles dites souples, devra s’équiper de plus de paires encore, en fonction de la durée du voyage.

lunettes-lentilles-larchivoyageuse

Alors ça + ça + ça, quand tout est réuni l’espace dans le sac de voyage est bien réduit ! Alors vous me direz peut-être que je ne suis pas obligée d’emporter autant d’au cas où avec moi, ce à quoi je répondrai que seuls ceux avec une vision parfaite peuvent dire ça, car ils n’ont aucune idée de ce que ça fait de se retrouver privé de correction quand on en a besoin.

Besoin de tes amis tu auras

Je suis très habituée au port des lentilles, que j’utilise dans quasi toutes les situations. Mais ce n’était pas le cas avant, et ce n’est pas le cas de tous les porteurs de lunettes. Et quand on porte des lunettes, à certains moments on les laisse dans leur étui, ce qui croyez-moi demande d’être bien accompagné ! Quand j’étais plus jeune je me baignais sans mes lunettes et sans lentilles. Quel est le problème me direz-vous ? Le problème c’est qu’à la plage, le courant de l’eau à tendance à faire dériver les baigneurs, et qu’au moment de retourner se prélasser sur sa serviette, si comme moi vous ne voyez pas à deux mètres, l’errance peut être très longue ! Ainsi si je me baigne sans correction, je ne peux pas faire le trajet mer-sable sans quelqu’un pour m’accompagner, au risque de ne jamais arriver à destination !

Sinon quand j’étais encore plus jeune, je suis allée au ski pour la première fois, et à cette époque je ne portais pas encore de lentilles. On m’avait prêté tout l’équipement, donc un masque pour protéger les yeux. Or dès le premier jour, petit problème à ce niveau-là, parce que masque + lunettes = buée = je ne vois rien. J’ai donc appris à skier sans rien voir, à descendre les pistes plus concentrée sur la couleur des combinaisons des gens de mon groupe que sur la position de mes pieds. Bizarrement je n’ai jamais retenté les sports d’hiver.

Concentré sur tes yeux, toujours tu seras

Les lentilles rigides sont les meilleurs lentilles, dans le sens où on peut les porter très longtemps dans une journée, très longtemps sur les années – ce qui n’est pas le cas des lentilles souples – elles apportent la meilleure correction en cas de forte myopie comme c’est mon cas et parce que les risques d’infections sont beaucoup plus rares qu’avec des lentilles souples. Ce dernier avantage est lié au fait que contrairement aux lentilles souples, la moindre poussière dans l’œil peut être si gênante qu’il vous faut à tout prix la faire partir, au contraire des souples qui vont « absorber » cette poussière et donc possiblement la laisser causer des problèmes qui peuvent vite être dramatiques.

scooter-thailande-lentilles-larchivoyageuse
Cette photo est un mensonge, déjà parce que je n’ai pas conduit le scooter, mais surtout parce que lorsque l’on roule je fais la grimace en plissant les yeux pour éviter de prendre de la poussière

Donc pas d’infection toussa toussa avec les rigides, mais quand on voyage, cette sensation de poussière dans l’œil qu’il faut évacuer, ça prend parfois des proportions qu’on n’imagine même pas, et ça demande de mettre en place des stratégies de ninja en essayant bien sûr de ne pas le montrer à tout le monde. Par exemple tous ceux qui sont allés en Asie du Sud-est se sont retrouvés à un moment ou un autre sur un scooter, le plus souvent équipé d’un casque sans visière. Sur les routes sèches et poussiéreuses, avec la vitesse, les yeux ne sont pas du tout protégés, alors pour éviter de passer les trajets les yeux fermés, il me faut porter mes lunettes de soleil, même une fois qu’il fait nuit (et qu’on n’a pas l’air très malin).

lunettes-rinjani-indonesie-larchivoyageuse
Cette photo a été prise lors du trek sur le mont Rinjani en Indonésie. Impossible de garder les lentilles tant le terrain était poussiéreux

Ainsi chaque activité qui sort de l’habituelle balade demande un moment de réflexion : lentilles ou lunettes ? Vent, poussière, eau ? Qui dit trek, dit nuit, dit est-ce que j’aurai la possibilité de bien me nettoyer les mains pour remettre mes lentilles ? Qui dit plage dit eau, dit est-ce que j’ai bien mes lunettes de soleil pour me baigner sans risquer de mouiller mes yeux ?

santorin-volcan-larchivoyageuse
J’ai changé mes lunettes juste avant ce voyage en Grèce, et j’ai eu du mal à m’y adapter. Pour cette sortie qui combinait baignade et balade, j’ai donc retiré mes lentilles avant de sauter à l’eau pour les remettre ensuite tant bien que mal

Ne rien voir (ou presque) fait tellement partie de ma vie que je suis intarissable sur le sujet ! Et je sais qu’en me lisant, n’importe qui s’est un jour retrouvé avec seulement ses lunettes de soleil à sa vue alors que la nuit était en train de tomber, se reconnaîtra un peu dans cet article !

lentille-vue-larchivoyageuse
Mon précieux
Publicités

6 réflexions sur “De l’inconvénient d’être myope quand on voyage

  1. Oh que je te comprend…De mon côté je suis astigmate et hypermétrope or mon astigmatie est telle que les uniques lentilles qui existent dans ce cas sont les rigides et je ne les supporte pas. Je suis donc condamnée au port de lunettes et comme tu le soulignes, lors d’activités en voyage ce n’est absolument pas pratique. Lors d’une journée de canyoning, on m’a demandé de les retirer dès le départ et ça a été le parcours du combattant. Je ne voyais rien, je n’étais pas en mesure d’évaluer les distances (ce qui est assez ennuyeux pour faire des sauts de 10 mètres à l’eau), j’avais des nausées, bref l’enfer. Je compatis à 100%!

    1. C’est dommage que tu ne supportes pas les lentilles, ça m’a vraiment apporté du confort par rapport aux lunettes ! L’horreur le canyoning sans rien voir, pas sûr que j’aurais osé sauter !

  2. Aaaah les galères des bigleux.
    Perso je suis partie avec trois paires de lunettes (deux de vue et une de soleil) et je trouve que c’est deja la galère pour se trimbaler tout ca !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s