Ma première fois à Londres

Ceux qui me connaissent vont tiquer en lisant le titre de cet article, car techniquement les quelques jours que j’ai passés dans la capitale britannique début décembre ne sont pas les premiers. En effet, en 1998 (si je ne dis pas de bêtise), je suis venue à Londres avec ma famille…pour une journée. Je me souviens du métro, de la relève de la garde devant le palais de Buckingham, et c’est à peu près tout. Donc finalement presque vingt ans après c’est comme si j’y venais pour la première fois.

towerbridge-londres-tamise-larchivoyageuse
Le Tower Bridge

Londres c’est typiquement le genre d’endroit qui ne me tentait pas trop, alors qu’autour de moi tout le monde y était déjà allé. Je crois que la proximité, qui donne l’impression qu’on peut y aller quand on veut, qu’on a tout le temps (la Belgique me fait le même effet), et le souvenir de trois semaines de juillet passées sous la pluie quelque part près de Bristol quand j’avais 13 ans qui m’a laissé une idée bien arrêtée sur le climat anglais ont fait que j’ai relégué Londres dans la catégorie des destinations « plus tard ».

picadillycircus-londres-larchivoyageuse
Picadilly Circus

Mais voilà que mon copain devait y passer un moment, alors j’ai pris mes billets de train pour aller le voir quelques jours. Finalement son séjour a été annulé, mais puisque le train était réservé pour moi, j’y ai ajouté un lit en dortoir en me disant qu’après tout c’était l’occasion d’enfin découvrir cette ville qui fait rêver tant de Français.

Je pourrais vous faire un article sur que voir à Londres, mais je doute un peu de sa pertinence, et surtout de l’intérêt qu’il pourrait susciter vu que ça serait sûrement le cent millième sur le sujet. Du coup comme j’ai quand même envie de vous en parler, je vais plutôt vous dire ce qui m’a plu au cours des cinq jours que j’y ai passés.

Les clichés

cabine-telephonique-londres-larchivoyageusePour commencer en bonne touriste j’ai aimé voir en vrai tout ce qui symbolise l’Angleterre dans l’imaginaire collectif : les cabines téléphoniques rouges, les taxis anglais noirs, le look parfois invraisemblable des filles, les bus rouges et bien sûr entendre l’accent so British lorsque l’on s’adressait à moi. Bon en contrepartie il y a certains clichés que j’aurais préféré ne pas voir en vrai, comme ce que j’ai beaucoup entendu en voyage : les jeunes Britanniques consomment beaucoup d’alcool et ne savent pas se tenir une fois en état d’ébriété. J’en ai d’ailleurs fait les frais lorsqu’un jeune Anglais est revenu ivre au dortoir et a uriné dans mon casier, sur ma valise et mon manteau.

underground-metro-londres-larchivoyageuse

L’ambiance de Noël

londres-larchivoyageuse-decorations-noel

En venant début décembre, j’étais curieuse de voir l’ambiance « pré-Noël » à Londres, les décorations dans les rues et les magasins et l’atmosphère générale. Et je n’ai pas été déçue ! Les rues Londoniennes sont beaucoup décorées, certains endroits avec plus de goût que d’autres, mais indubitablement Noël est à tous les coins de rue ou presque. Vu qu’il fait nuit noire dès 16h30, pas besoin de se motiver après une journée de balade pour ressortir voir les illuminations, il suffit de passer par le centre en rentrant à l’auberge et tout est déjà allumé.

decorations-noel-londres-larchivoyageuse

Un matin en sortant de l’auberge j’ai croisé une personne habillée en Père Noël, puis deux, puis trois, puis de plus en plus. J’ai fini par en arrêter certains pour demander ce que signifiait cette nuée de bonhommes rouges, et il s’agissait d’une Santa convention, je ne sais pas trop où ils allaient mais ils étaient très nombreux et de très bonne humeur.

santa-convention-londres-noel-larchivoyageuseEnfin j’ai trouvé que l’ambiance générale était tournée vers les fêtes, avec les chansons de Noël que j’entendais partout, j’ai vu beaucoup de personnes qui portaient un pull figurant un renne ou un autre motif sur le même thème, et la présence de petites chorales interprétant des chants de Noël dans les rues. Moi qui adore vraiment cette période de l’année j’ai trouvé l’ensemble super, et même si je n’aime pas la neige, les flocons qui sont tombés un matin ont complété le tableau.

L’exposition Harry Potter, A History of Magic  à la British Library

Jusqu’au 28 février 2018, la British Library célèbre les 20 ans de la sortie du premier tome d’Harry Potter avec une exposition présentant les matières étudiées par les apprentis sorciers à Poudlard. Alchimie, potions, défenses contre les forces du mal, astronomie, sortilèges, botanique, divination et soin aux créatures magiques, toutes ces disciplines sont expliquées aux visiteurs et illustrées au moyen des collections de la bibliothèque. Livres, illustrations et objets anciens sont accompagnés d’archives personnelles prêtées par J. K. Rowling ainsi que de la série de nouvelles illustrations réalisée par Jim Kay.

harry-potter-londres-exposition-larchivoyageuse-britishlibrary

J’ai adoré cette exposition, j’y suis restée plus de deux heures pour être sûre de ne rien louper. En plus d’être très intéressante et bien ficelée – les livres anciens et les dessins de l’auteur s’enchaînent habilement de manière à ne pas s’éloigner de l’univers d’Harry Potter – cette visite se révèle également amusante. Des passages interactifs permettent de se faire tirer les cartes, d’entendre parler des plantes ou encore de voir passer des créatures fantastiques.

Les photos sont interdites à l’intérieur aussi je ne peux malheureusement pas vous montrer la belle scénographie, mais pour garder un souvenir de ce moment il y a bien sûr la boutique cadeaux. J’ai eu envie de tout y acheter, des carnets aux couleurs des maisons de Poudlard aux dragées surprises de Bertie Crochue, en passant par la carte du Maraudeur. Mais j’ai réussi à rester raisonnable et me suis contentée de la version familiale du livre de l’exposition.

londres-britishlibrary-harry-potter-exposition-larchivoyageuse

britishlibrary-harry-potter-londres-exposition-larchivoyageuse

Marcher dans Londres

En préparant mon séjour j’ai pu constater que la capitale était très étendue et que mes points d’intérêts étaient assez éloignés les uns des autres. Entre les distances, le froid, le risque de pluie, et les conseils des personnes ayant déjà visité la ville, je m’étais préparée à beaucoup utiliser les transports en commun et je suis arrivée avec une oyster cardprête à l’emploi. Mais finalement le temps fut assez clément, et même très ensoleillé pendant deux jours et j’ai préféré marcher autant que possible.

J’ai trouvé qu’il était très agréable de parcourir Londres à pied, surtout une fois sortie des axes les plus touristiques. Par exemple je n’ai pas spécialement apprécié Camden Town et son street art, ni Portobello Road à Notting Hill, célèbre pour ses maisons colorées, car ces deux quartiers étaient noirs de monde, on se marchait les uns sur les autres comme un premier jour de soldes.

Néanmoins pour aller d’un quartier à l’autre j’ai traversé le Regent’s Park, en suivant le canal, et là pour le coup c’était on ne peut plus agréable. Paisible, vert, j’ai croisé des promeneurs et des coureurs mais pas de groupes de touristes.

regentspark-canal-londres-larchivoyageuse

canal-regentspark-londres-larchivoyageuse

Le charme de l’architecture londonienne

Autant il y a deux ans à New York je me souviens avoir pensé que le mélange entre buildings modernes et anciens manquait d’harmonie, autant à Londres j’ai trouvé que cela donnait du caractère à la ville.

towerbridge-londres-larchivoyageuse

londres-batiments-larchivoyageuse

Un des meilleurs exemples que j’ai pu voir de ce mélange entre l’ancien et le récent c’est l’église de Saint Dunstan in the east. Bâtie en 1100 sur la colline de Saint Dunstan, cette église fut gravement endommagée lors de la Seconde guerre mondiale. Il n’en reste aujourd’hui qu’une tour et le mur d’enceinte, et le lieu est désormais un jardin public.

londres-saintdunstant-urbex-eglise-larchivoyageuse

Il se dégage de cet endroit une atmosphère paisible, romantique même, et j’imagine très bien des scènes de films y être tournées, avec des personnages en costumes d’époques. Mais ça c’est tant que l’on ne regarde pas par les fenêtres, car celles-ci, très grandes, donnent directement sur des bâtiments bien plus récents.

saintdunstan-eglise-urbex-londres-larchivoyageuse

londres-urbex-saintdunstan-eglise-larchivoyageuse

Le premier jour Constance m’a demandé si c’était beau, et je lui ai répondu que pour sûr je trouvais la ville intéressante, mais que je ne savais pas si elle était belle. Après plusieurs jours à m’y balader, je suis presque parvenue à la trouver belle, en dépit de mon manque d’attrait pour les pierres foncées.

londres-gare-saintpancras-larchivoyageuse
La très belle gare de Saint Pancras

Finalement cette architecture répond aux attentes que j’avais de l’Angleterre, de cette Angleterre que j’ai pu voir à la télé ou dans mes livres. D’ailleurs quand je suis allée dîner chez une amie dans le nord de la ville, en remontant sa rue je me serai crue dans un film.

eglise-londres-larchivoyageuse

Assister à l’evensong à l’abbaye de Westminster

Je ne suis pas une grande adepte d’église mais j’ai trouvé celle-ci vraiment très belle. Pour pouvoir y entrer sans payer j’ai choisi d’assister à 17h à l’evensong, un office qui dure 45 minutes pendant lesquelles les prières sont majoritairement chantées, par un choeur d’hommes et d’enfants accompagné par un orgue. Je ne suis pas croyante, mais cela ne m’a pas empêchée de passer un beau moment, dans un décor magnifique. Bon j’ai quand même dû retenir un ricanement lorsqu’une prière pour la famille royale a été dite…

abbaye-westminster-londres-archivoyageuse

Ce petit séjour à arpenter la capitale britannique toute seule m’a beaucoup plu, j’ai pris mon temps pour voir ce qui me faisait envie, sans courir d’une visite à l’autre. Je sais que je reviendrai à Londres, que je pourrai explorer les musées et les quartiers que je n’ai pas vus cette fois-ci. La prochaine fois je choisirai le printemps ou le début de l’été, car la nuit qui tombe à 16h30 raccourcit quand même pas mal la journée, et je préfère marcher par temps sec. En tout cas c’est ce genre de voyage qui me fait grandement apprécier de vivre en Europe, tant il est facile de pouvoir s’évader quelques jours sans aller très loin, avec une multitude de cultures à porter de main.

Infos pratiques :

  • Je suis venue par l’Eurostar, j’ai payé 84 euros l’aller-retour en réservant un mois et demi à l’avance.
  • J’ai logé au Clink78, à seulement dix minutes à pied de la gare de Saint Pancras. Les dortoirs ne sont pas très vastes mais les lits sont confortables, les sanitaires propres et il y a une grande cuisine, un bar, et plusieurs salles communes. J’ai payé 80 livres pour 4 nuits, ce qui reste raisonnable.
Publicités

9 réflexions sur “Ma première fois à Londres

  1. Chouette petite virée à Londres ! C’est vrai que cette ville regorge de petits coins sympas et l’architecture est vraiment intéressante.
    Je note dans ma to do list l’église de Saint Dunstan in the east quand je retournerais à Londres !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s