Sur mon canapé : Olya

olya-sur-mon-canape-couchsurfing

  • Qui es-tu ?

Je m’appelle Olya, j’ai 18 ans et je viens d’Ukraine. Je suis actuellement étudiante à Varsovie et je travaille comme traductrice. Je commence ma deuxième année de licence en relations publiques et je m’apprête à étudier la culture et langue indienne. Je suis aussi guide scout. J’aime voyager, faire de la randonnée, rencontrer des nouvelles personnes, et aider les autres. J’ai beaucoup d’amis dans le monde, en partie grâce au Couchsurfing.

  • Que fais-tu as Athènes ?

Je devais partir passer l’été en Inde pour un stage mais je n’ai pas eu de visa, donc j’ai dû trouver une alternative. Toute ma vie est connectée aux gens, je travaille sur beaucoup de projets avec beaucoup de monde, et j’avais besoin d’une pause à ce niveau là. J’ai donc choisi de voyager seule, pour avoir l’opportunité de parler à d’autres personnes que celles que je côtoie au quotidien. La Grèce est le premier pays d’un voyage de deux semaines que je vais passer à faire de l’auto-stop dans les Balkans. C’était facile d’y voler, beaucoup de mes amis m’en ont dit du bien donc je voulais venir.

  • Pourquoi fais-tu du Couchsurfing ?

Pour rencontrer des nouvelles personnes. Je crois au karma, et je pense que le Couchsurfing va dans les deux sens, donc tu dois prendre quand tu voyages et donner quand tu reçois. C’est une expérience cool, un moyen d’échanger et de voyager intelligemment. Je n’accepte pas les personnes qui réclament juste un endroit où dormir, parce que CS est beaucoup plus que juste un hôtel gratuit, ça permet de découvrir et sentir le pays tel qu’il est vraiment. J’associe les gens avec les villes dans lesquelles ils vivent, mes souvenirs sont liés aux gens dans les pays où je les ai rencontrés. Le Couchsurfing permets de s’enrichir de nouvelles connaissances,  de nouvelles opinions.

  • As-tu une anecdote à nous raconter ?

En Suède à Göteborg, j’ai rencontré un gars qui était très intéressé par l’Ukraine, et on a organisé le même évènement chacun dans son pays la même année.

En Italie j’ai rencontré un gars qui voyageait autour du monde et n’était pas rentré depuis deux ans, il rentrait pour deux mois, et on a voyagé ensemble.

  • Quelle est ta prochaine destination ?

Après Athènes je vais à Thessalonique, puis en Macédoine, en Albanie, en Croatie, au Monténégro, et en Hongrie, pour ensuite rentrer en Ukraine.

  • Qu’attends-tu de ce voyage ?

J’en attends d’y voir plus clair dans ce que je veux pour mon futur, est-ce que j’ai choisi la bonne voie, est-ce que je devrais changer des choses dans ma vie. Voyager seule me permet de réfléchir à ça.

  • Que penses-tu des remarques du style « il est dangereux pour une femme de voyager seule » ?

Je pense que c’est très stéréotypé. Dans mon pays les filles doivent étudier, trouver un copain, avoir des enfants à 25 ans. Quand les gens voient que j’ai des tatouages, que je voyage seule, que je fais de l’autostop seule à l’étranger, parce que je suis différente, ils ont cette réaction parce qu’ils ne connaissent pas. Les gens pensent que voyager est cher, que mes parents me donnent de l’argent, mais je travaille et je ne reçois pas d’argent. Être scout m’a appris que faire des choses n’a pas de rapport avec l’âge, que si je l’ai décidé je peux faire des choses. J’ai organisé beaucoup d’évènements dans ma ville locale, ça m’a permis de croire en moi même, de croire que je peux faire des choses, dont voyager seule en étant une femme.

  • Pourquoi fais-tu de auto-stop ? Est-ce facile ? As-tu déjà eu une mauvaise expérience ?

La première fois j’avais 15 ans et j’ai fait toute seule 900 km entre ma ville et Odessa en auto-stop toute seule. Mes parents ne le savaient pas, maintenant ça ne les inquiète plus parce qu’ils savent qui je suis et me font confiance. Et leur confiance me donne confiance.

C’est facile de faire de l’auto-stop quand tu es seule, mais ça dépend d’où tu le fais. En Norvège par exemple c’est plus difficile qu’en Ukraine.

Je n’ai pas eu de réelle mauvaise expérience, mais parfois les gens ne comprennent pas et sont désagréables une fois qu’ils nous prennent, parce qu’ils pensent que l’on est inconsciente, ou alors des gens flirtent et ça met assez mal à l’aise.

  • Peut-on te suivre sur les réseaux sociaux ?

Instagram : olya.gulei

Publicités

Une réflexion sur “Sur mon canapé : Olya

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s