Brèves de Chine 

Cela fait 4 jours que nous sommes arrivées. Passés les premiers instants suffocants à Guangzhou/Canton (33 degrés, 94% d’humidité), on a pas mal marché dans la ville. Elle est plutôt agréable, bien desservie par le métro. Au centre on trouve l’île de Shāmiàn, concentré d’architecture coloniale et d’arbres avec de longues lianes. Après un passage à la gare centrale pour récupérer nos billets de train, on continue avec le parc Yuèxiū. Il est très grand, avec une végétation très verte et dense (au vu des énormes averses et de la chaleur on comprend vite pourquoi), et on y trouve une statue représentant l’emblème de la ville : les cinq chèvres, montures supposées des cinq immortels fondateurs de la ville. On est assez étonnée de ne croiser presque aucun autre touriste, et leur rareté fait que tous les regards sont sur nous.Hier, avant de prendre le train pour Guìlín dans la province du Guangxī, nous avons visité le Temple des Ancêtres du clan Chen, qui fut aussi une école confucéenne et une chambre de commerce. C’est joli, mais il fait si chaud qu’on recherche surtout la fraîcheur des ventilateurs. Ensuite c’est direction la Gare du Nord (histoire que je ne sois pas trop dépaysée), et l’attente du train. On se retrouve alors dans une copie assez fidèle du TGV, même si l’ambiance à l’intérieur aurait rendu fou n’importe quel Français qui rale quand quelqu’un décroche son téléphone dans le train. Les Chinois parlent très fort, s’interpellent d’une rangée à l’autre et regardent même des films sur leur smartphone sans utiliser les écouteurs. Les paysages qui défilent nous donnent une première impression de ce qui nous attend à Guìlín. Les pics karstiques défilent presque à perte de vue, et la région est très verte. En arrivant bonne surprise, il fait moins chaud qu’à Canton. Et constate encore une fois que les Chinois sont vraiment très sympas. Ils s’arrêtent dans la rue pour nous aider à trouver notre chemin, même quand leur anglais est assez laborieux ou qu’ils ne connaissent pas notre destination. D’autres nous aident en chinois, en hésitant pas à répéter plusieurs fois la même chose plus fort pour qu’on finisse par comprendre.Aujourd’hui au programme c’était Yángshuò, une petite ville sur les rives de la rivière Li. On a tenté de suivre les balades suggérées par le Routard et le Lonely Planet, mais impossible de se repérer. On a donc pédalé un peu au hasard dans des villages en dehors de la ville. Et puis il a plu, un peu, beaucoup, jusqu’au déluge. Retour à Guìlín dans un bus trouvé garé au bord d’une route et grosse douche en sortant avec la pluie qui est encore plus forte.Jusqu’à présent je suis très agréablement surprise, tout est très propre et très pratique, et la gentillesse des gens me rappelle le Laos. Évidemment dans des endroits aussi touristiques que Yángshuò on a droit à des arnaques (hello le loueur de vélos qui veut nous faire payer deux fois). Comme dans les autres pays asiatiques, les gens nous prennent en photo et nous regardent sans arrêt. J’ai particulièrement la côte, déjà deux nouveaux contacts Facebook et un vieil homme à l’air un peu dérangé m’a arrêtée pour me pincer un sein ! Hâte de voir la suite, notre programme se précise et s’annonce tip top !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s