Visite chez le duc d’Aumale

Bien que n’habitant qu’à une trentaine de minutes du château de Chantilly et passant régulièrement devant, je ne l’avais jamais visité. Si le manque de temps et d’occasion sont en partie responsables, il faut également ajouter que les tarifs sont quelque peu décourageants. En effet, pour visiter le château et le jardin il faut compter 14 euros pour un adulte et 7 euros pour un enfant. Mais après plusieurs fois à se dire « il faut qu’on y aille », ma famille et moi avons fini par nous y rendre.

DSC_0715[1]

Située dans l’Oise, la commune de Chantilly est connue pour plusieurs choses : sa crème fouettée, ses activités hippiques, sa production de porcelaine et de dentelle, et bien sûr son château. Celui-ci fut d’abord une forteresse médiévale, qui appartenait à Guy de Senlis, bouteiller du roi Louis VI à la fin du XIe siècle, avant d’être vendu en 1386 à la famille d’Orgemont qui le possède pendant trois générations, jusqu’à ce que Pierre III d’Orgemont, sans héritier, le lègue à son neveu Guillaume de Montmorency en 1484. Chantilly appartient alors à la famille de Montmorency jusqu’au XVIIe siècle, et c’est pendant cette période que le château connait de nombreuses modernisations, surtout sous la direction du célèbre connétable Anne de Montmorency (1492-1567).

DSC_0665[1]

Après les péripéties qui arrivent à la famille, et que je vous épargne aujourd’hui, le domaine passe aux mains de la famille de Condé en 1643, lorsqu’il est restitué par Anne d’Autriche à Charlotte de Montmorency, femme d’Henri II de Bourbon-Condé. Durant les siècles suivants, le château servira de résidence à deux personnages qui y ont laissé leur empreinte. Le premier est Louis II de Bourbon-Condé, dit le Grand Condé (1621-1686), et le second est Henri d’Orléans duc d’Aumale (1822-1897), avant-dernier fils de Louis-Philippe Ier. A deux siècles d’écart, ces deux hommes s’investissent dans l’embellissement et la modernisation du château de Chantilly et de ses jardins.

DSC_0678[1]

Le château tel qu’on le visite aujourd’hui est celui dans lequel le duc d’Aumale vécut, et le mobilier ainsi que la disposition des tableaux sur les murs des galeries sont ceux qu’il a lui-même choisit. Lorsque l’on pénètre dans l’entrée, des audioguides gratuits sont distribués, permettant ainsi d’obtenir des explications sur les différentes salles qui sont traversées. Ces audioguides sont très bien faits, car au lieu d’une personne qui récite machinalement un texte pré-écrit, il s’agit plutôt de plusieurs intervenants qui semblent répondre à des questions, comme dans le cadre d’un entretien. En plus des descriptions des pièces, on peut aussi accéder à des explications plus détaillées sur certains tableaux qui sont exposés ou encore sur l’argenterie présentée dans l’office.

DSC_0684[1]

La visite libre donne accès aux grands appartements, qui servaient de lieux de réception. On traverse alors l’antichambre et la salle des Gardes, la chambre de M. le Prince, le grand cabinet d’angle, la grande singerie, le salon de musique, la galerie des batailles, l’office et la salle à manger, le tout décoré selon le style du XVIIIe siècle. De plus, il est permis de pénétrer dans la bibliothèque, dans laquelle sont exposés plusieurs ouvrages et documents d’archives. Il faut en effet savoir qu’on trouve à Chantilly la deuxième collection d’ouvrages enluminés de France, après celle de la Bibliothèque nationale, ainsi qu’un important fonds d’archives, qui contient des documents précieux sur l’histoire de la famille Bourbon-Condé et sur celle du domaine.

DSC_0669[1]

On traverse également plusieurs galeries d’art, dans lesquelles les œuvres sont disposées sur les murs tel que le duc d’Aumale l’avait décidé, et qui représentent la première collection de peintures anciennes (avant 1850) en France après le musée du Louvre, avec plus de 800 tableaux de la peinture française, italienne, flamande, anglaise, etc. J’ai ainsi pu admirer Les Trois Grâces de Raphaël, qui je dois l’avouer, m’a quelque peu déçue par sa taille !

DSC_0693[1]

 DSC_0690[1]

Nous avons ensuite poursuivi notre après-midi par une visite des écuries, où sont gardés les chevaux qui participent aux spectacles donnés par le Musée du cheval. On a pu y voir des très beaux étalons, ainsi que de mignons poneys Shetland et d’imposants chevaux de trait. Enfin, nous avons assisté à une sympathique démonstration de dressage de chevaux, dans laquelle l’un des deux animaux n’était pas très disposé à suivre les instructions de sa dresseuse, pour le plus grand plaisir du public.

DSC_000010[1]

DSC_0721[1]

J’ai vraiment apprécié cette visite, car si je trouvais le château beau de l’extérieur, je dois dire que je l’ai trouvé aussi beau de l’intérieur, notamment certains plafonds très ouvragés. Il est également vraiment agréable de pouvoir se promener autour, et accéder à la ville de Chantilly elle-même, le tout sans prendre de voiture.

DSC_0713[1]

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s